E X P E R I E N C E a day with MP5

Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project
Experience a day wth Mp5 - editions du chemin project

 

L’improvisation est l’exercice par lequel l’être humain se connaît et se confirme dans sa nature d’être raisonnable,
c’est – à – dire d’animal ”qui fait des mots, des figures, des comparaison, pour raconter ce qu’il pense à ses semblables”.
La vertu de notre intelligence est moins de savoir que de faire.
<< Savoir n’est rien, faire est tout.>>
Jacques Rancière – Le maître ignorant
 
:::
 
Yet each man kills the thing he loves
By each let this be heard.
Some do it with a bitter look,
Some with a flattering word.
The coward does it with a kiss,
The brave man with a sword!
Oscar Wilde – The Ballad of Reading Gaol
 
 
 
 
 
MP5 est une artiste à la conquête d’espaces, murs et de toute surface qui attend d’être redéfinie.
Elle fait du Street art, de l’illustration, de la bande dessinée et est une fétichiste des tubes et musiques les plus improbables, incongrues et trash qu’on puisse trouver sur You Tube. Elle consomme de la peinture noire pour raconter, avec le blanc qui en reste, des histoires.
Arrivée à Paris quelques jours avant le printemps, dans une ambiance encore crispée par les souvenirs de l’hiver, pendant nos balades elle me parlait beaucoup de ses récentes expériences en Espagne, où elle venait de réaliser à Madrid un murales au Patio Maravillas — calle Pez.
Quand elle parle, elle se raconte doucement et aime ajouter aux récits des blagues ou des éléments d’ironie comme pour parer la réalité et son quotidien d’une sorte d’exaltation…: «En Espagne, étant donné qu’il y a la crise, les gens vivent autrement, ils s’occupent de l’aspect politique de la vie et des choses, ils se donnent à fond dans les rencontres et profitent des plaisirs gratuits de la vie… Almodovar n’a rien inventé…»
 
Diplômée des Beaux arts de Bologne, MP5 partage son activité entre le dessin, le militantisme au sein du mouvement Queer italien et aussi à l’international avec des collectifs espagnols et autrichiens, et des festivals comme le ‘Rdece Zore’ à Lubiana
ou le ‘Vox Feminae’ en Croatie.
Son travail d’ illustratrice lui permet de soutenir des causes plus politiques comme les événements organisés pour soutenir la ville de l’Aquila après le tremblement de terre, le soutien à Radio Onda Rossa et les festivals indépendants, comme le ‘Crack’, mais aussi de collaborer avec une de ses premières passions, le théâtre.
Elle a notamment collaboré à ‘Psicosi 4.48′ de Davide Iodice et dernièrement avec le Tony Clifton Circus.
 
”J’ai compris que, dans la vie, c’est très important de savoir se reconnaître. Sentir les personnes qui sont près de toi, les garder dans ta vie et éventuellement travailler avec elles.”
C’est en utilisant sa sensibilité et son sixième sens comme une boussole que MP5 se déplace et comprends comment agir et où travailler.
Elle pratique le Street art depuis dix ans, on la voit se confronter avec des maisons, des hauts murs d’usines ou de bâtiments industriels, elle connait les aspects durs de ce métier, de la fatigue physique à la difficulté de trouver des commissions.
 
Elle est toujours attentive à trouver sa place, à choisir son lieu, à ne pas laisser son travail se faire bouffer par le marché de l’art contemporain et des galeries qui travaillent avec les street artists.
Elle essaye de se confronter avec simplicité à la schizophrénie du système et met son travail et ses motivations avant toute autre priorité. Les histoires de la ville et les interactions avec ses habitants sont les sujets de ses dessins. Elle arrive dans un lieu et avec son regard qui semble toujours se distraire, elle voit et compare ce qu’elle voit, elle enregistre et traduit dans une dimension en 2D, laissant à l’encre noire reconstruire la matière d’un moment, d’une atmosphère ou d’une rencontre, mettant en scène une vie toujours aux bords de la précipitation.
 
 
 
P.S.
Le flâneur d’Editions du Chemin est signé MP5
 
Chantal Malambri ///////////////////////// // ////////
 
Suivez nous sur twitter @EdChemin

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Remplace les balises [VIDEO::http://www.youtube.com/watch?v=someVideoID::aVideoStyle] par des vidéos intégrées.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
1 + 13 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.