CINEMA ET CONTRE POUVOIR 2

Les Enfants 1984 Marguerite Duras © Jean Mascolo
Date du début: 
06/03/2015 - 16:30
Date de fin: 
06/03/2015 - 20:30

Deuxième rendez-vous du seminaire au Jeu de Paume :

 

Cinéma et Contre-pouvoir / 2
Séminaire sous la direction de Marie-José Mondzain et Jean-Michel Frodon
le 06 mars 2015
16h30 - 20h30
Paris
Critique de cinéma, écrivain, enseignant, Jean-Michel Frodon a dirigé Les Cahiers du Cinéma et anime « Projection publique », le blog cinéma de Slate. Philosophe, directrice de recherche émérite au CNRS, Marie-José Mondzain s’est interrogée sur les images et leur pouvoir, problématique à laquelle elle a consacré plusieurs de ses livres.
 
 
En quoi l’image exerce-t-elle un contre-pouvoir ?
Les images ont longtemps subi le mépris, voire la condamnation des autorités de la pensée. Elles peuvent manifester leur turbulence contestataire et contradictoire face à toute forme de pouvoir. Cette menace est inséparable de ce qui peut faire de toute image une figure du désir et une offre de résistance et de liberté. Le pouvoir des images ne peut qu’intéresser toute instance dominante qui cherche à confisquer cette énergie à son profit.
 
Pourquoi s’intéresser plus particulièrement au cinéma ?
C’est parce que son mode particulier d’articulation du réel et de la fiction lui donne une place stratégique pour questionner les possibilités de transformation de notre monde. Si nous avons conçu le séminaire à travers le cinéma, c’est parce qu’il occupe une place stratégique pour questionner les possibilités de transformation de notre monde. Notre intention est d’offrir aux spectateurs des ressources critiques face à ce qui leur est massivement offert sous le signe de la jouissance, du choc ou de la plus trouble compassion.
 
Quels seront les thèmes abordés durant le séminaire ?
Nous avons repéré de façon non-exhaustive bien sûr, quatre modalités susceptibles d’activer le contre-pouvoir : le rire, l’enfance et les minorités, l’espace public et l’environnement. À ces quatre angles d’approche, il faut ajouter une séance avec Avi Mograbi, artiste invité au Jeu de Paume au même moment, et dont l’œuvre mobilise les multiples formes du contre-pouvoir. Chaque rencontre sera précédée de la projection d’un long-métrage, en lien direct avec le thème du jour.
Marie-José Mondzain et Jean-Michel Frodon
 
 
LA FORCE DES FAIBLES, L’ENFANCE
Séance du vendredi 6 mars
 
À 16 heures 30, projection :
— En rachâchant de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub (France, 1982, 7’)
D'après Ah ! Ernesto de Marguerite Duras.
Un petit garçon têtu réalise le rêve de tous les enfants en âge d'aller à l'école primaire : celui de dire une bonne fois pour toutes « merde » au professeur. « Le film est drôle et rapide. Ce n'est pas un court métrage, mais un vrai film, court. »
 
— Les Enfants de Marguerite Duras (France, 1984, 90’)
Parlant de son film, Marguerite Duras, le décrit ainsi : «Il s'agit d'un film comique infiniment désespéré dont le sujet aurait trait à la connaissance. »
 
À 18 heures 30 : interventions de Marie-José Mondzain et Jean-Michel Frodon articulées autour de ces deux œuvres et de courts-métrages : La Séquence de la fleur de papier de Pier Paolo Pasolini et Le Pain et la rue d'Abbas Kiarostami.
 
 
Entrée : 3 euros ; gratuit sur présentation du billet du jour d’entrée aux expositions et pour les abonnés.
1 place de la Concorde 75008 Paris

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Remplace les balises [VIDEO::http://www.youtube.com/watch?v=someVideoID::aVideoStyle] par des vidéos intégrées.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
2 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.